Vous êtes ici : Accueil > Un + pour ma pratique > Devoirs et leçons > Les devoirs et leçons (au primaire et au SECONDAIRE)
Publié : 25 octobre 2016

Les devoirs et leçons (au primaire et au SECONDAIRE)

Plusieurs articles au cours des dernières années ont amené des écoles à changer leur pratique en lien avec les devoirs. En utilisant le terme « devoirs », j’inclus également l’étude, la lecture, donc toute tâche scolaire étant demandée par l’enseignant et devant être faite en dehors des heures de classe. Thierry Karsenti, dans son livre Les devoirs, fait une synthèse de plus de 200 études et travaux de recherche sur ce sujet.

Je ne ferai pas un résumé du livre, mais ce texte fera état des principaux constats et recommandations.

Les recherches sont claires sur un point : les devoirs ont un impact positif sur l’apprentissage au secondaire. Au primaire, c’est plus nébuleux. Les résultats d’études parallèles démontrent une amélioration de la réussite lorsque les élèves lisent et écrivent en dehors des heures de classe.

À travers les recherches, l’auteur identifie 12 conditions gagnantes afin que les devoirs contribuent à l’amélioration de la réussite. Dans ce présent article, je vous en présenterai 6.

1. Éviter de donner trop de devoirs : Selon Cooper, au secondaire, moins d’une heure de travaux par soir a un impact positif sur les apprentissages, mais plus d’une heure le fait disparaitre.

2. Limiter la surcharge de correction des enseignants : La tâche des enseignants est déjà très chargée, il faut donc diminuer le temps consacré à la gestion des devoirs en choisissant judicieusement des tâches courtes, mais significatives. Le but est d’éviter le découragement, la perte de temps en planification et en temps d’apprentissage.

3. Proscrire les devoirs trop difficiles : Ils doivent être complémentaires au contenu vu en classe. Ils doivent amener l’élève à réorganiser et à réutiliser la connaissance dans un autre contexte. Ils doivent représenter un défi pour l’élève, mais sans être une surcharge.

4. Impliquer les parents : Les parents doivent bien comprendre le processus (ex : agenda et/ou portail) des travaux à la maison afin d’apporter un soutien à leur jeune en lien avec l’organisation et la motivation.

5. Utiliser la technologie : Son usage comme sources de référence, les collaborations par les réseaux sociaux, la communication avec les parents, les sites de ressources et le Portail du milieu sont des éléments qui ont un impact positif sur l’apprentissage. Des recherches sont en cours à ce sujet.

6. Motiver et renforcer l’engagement des élèves : Cet élément représente un grand défi pour l’enseignant. Pour que l’élève s’implique dans ses travaux, ces derniers doivent être intéressants et pertinents à leurs yeux.

Je conclus en vous disant que les travaux à la maison ont un impact positif sur l’apprentissage principalement au secondaire pourvu que certaines conditions soient respectées. Lorsque les travaux ne sont pas pertinents aux yeux des élèves, trop longs ou difficiles, l’effet contraire se produit. Pour les plus jeunes, la lecture à la maison doit être au rendez-vous. Il semblerait que l’écriture ait également cet impact positif, mais nous devons tenir compte du milieu socioéconomique, de l’autonomie et du soutien parental. En pièce jointe, un tableau tiré du livre de Thierry Karsenti présentant les recommandations de la durée des travaux à la maison est présenté.

Source : Les devoirs,

Thierry Karsenti, 2015, 222 pages

Documents joints