Vous êtes ici : Accueil > Récit du FER > ECHO > La minute orthophonique
Publié : 24 février 2017

La minute orthophonique

> La globalisation est un moyen efficace pour apprendre à lire. VRAI ou FAUX ?

FAUX. La globalisation N’est PAS un moyen efficace pour apprendre à lire. La globalisation, aussi appelée la procédure logographique ou préalphabétique, est caractéristique des élèves qui n’ont pas encore compris la nature du système alphabétique. Ceux-ci identifient donc les mots en utilisant le contexte et les indices visuels relatifs à la forme globale du mot. Par exemple, pour reconnaître le nom de certains restaurants ou produits, les élèves se basent sur le dessin, la forme, la grandeur et la couleur des caractères. Ils se construisent alors un « dictionnaire visuel » dont l’étendue reste extrêmement limitée en raison de la mémoire qui est une faculté restreinte. En conclusion, cette procédure n’est pas un moyen efficace étant donné qu’elle ne permet pas aux élèves de lire de nouveaux mots. Par ailleurs, un lecteur compétant n’a jamais recours à la globalisation pour identifier les mots lus.

> Après la deuxième année, les élèves ont complété leur apprentissage de la lecture (correspondances graphèmes-phonèmes). VRAI ou FAUX ?

FAUX. La majorité des élèves poursuivent leur apprentissage de la lecture (correspondances graphèmes-phonèmes) après la deuxième année. Même si l’enseignement des correspondances graphèmes-phonèmes se situe majoritairement durant le premier cycle du primaire, un bon nombre d’élèves continuent à faire des erreurs au niveau du décodage (identification de mots). Ces erreurs rendent difficiles l’accès au sens et par le fait ont un effet direct sur la compréhension en lecture. Il est alors nécessaire de bien cibler les difficultés de ces élèves et de leur fournir un enseignement supplémentaire.