Vous êtes ici : Accueil > Programmes d’études et progression des apprentissages > Les données probantes... la suite
Publié : 19 mai

Les données probantes... la suite

Notre premier article mentionnait que John Hattie a fait des recherches sur plus de 800 méta-analyses qui résument plus que 50000 études individuelles. Il a publié sa synthèse dans un livre paru en 2009 : « Visible Learning ». Notre deuxième article traitait des trois premiers principaux facteurs d’influence que Hattie évalue dans son livre. Notre dernier article vous présente les trois suivants. Toujours selon Hattie, nous vous rappelons qu’un résultat supérieur à 0,4 se situe dans la zone des effets probants. 4. Formation continue des enseignants (d= 0,62) Enseigner n’est plus uniquement transmettre des connaissances ! C’est aussi, pour l’enseignant, placer l’élève dans des conditions qui lui permettront de s’approprier des savoirs. (rfc : http://rire.ctreq.qc.ca/documentati...

La formation des enseignants et des enseignantes pour le développement de leurs compétences tout le long de leur carrière devient essentielle, en ces temps de changements. L’évolution technologique rapide de la société actuelle oblige la mise à jour de nos compétences.

Plusieurs ressources d’apprentissage sont à notre disposition comme la TÉLUQ, les colloques / congrès ou formations spécifiques, les sites internet, les publications ministérielles et des maisons d’éditions ainsi que le partage des connaissances entre les collègues.

Bien entendu, exercer une vigilance quant aux données probantes pour le choix des formations demeure nécessaire.

5. Enseignement des stratégies en résolution de problèmes (d=0,61) Afin de préparer les élèves à fonctionner dans la société actuelle, les enseignants doivent promouvoir l’acquisition de processus et de stratégies de résolution de problèmes, de même qu’une attitude positive à l’égard des mathématiques. Burns (2000) dit que la résolution de problèmes exige un rôle différent de l’enseignant ou de l’enseignante en salle de classe. Plutôt que de diriger la leçon du début à la fin, il ou elle doit donner aux élèves le temps nécessaire pour analyser les problèmes, chercher leurs propres stratégies et solutions et évaluer la vraisemblance de leurs résultats. Même si la présence de l’enseignant ou de l’enseignante demeure essentielle, l’accent doit être mis sur le processus de réflexion des élèves. (rfc : http://atelier.on.ca/edu/resources/... )

Nous considérons que le guide d’enseignement efficace des mathématiques, de la maternelle à la 6e (tome 1 et 2) ainsi que "L’enseignement des mathématiques : l’élève au centre de son apprentissage" de John A. Van de Walle et LouAnn H. Lovin sont des ressources pertinentes à consulter.

6. Enseignement dirigé par l’enseignant (d=0,59)

Les méthodes d’enseignement structurées et directives, sont celles à privilégier pour l’enseignement des matières de base telles que la lecture, l’écriture et les mathématiques auprès des élèves ayant un trouble d’apprentissage et à risque d’échec.

Bissonnette et al (2010) pensent que l’enseignement explicite devrait être utilisé comme toile de fond pour enseigner la lecture, l’écriture et les mathématiques. L’enseignement explicite se divise en trois étapes subséquentes : le modelage, la pratique guidée ou dirigée et la pratique autonome. (rfc : https://www.taalecole.ca/litteratie... ) Il nous a fait plaisir, tout au long de l’année, de vous présenter des articles traitant des données probantes et des approches s’y rapportant. Espérant que ceux-ci ont su susciter chez vous le désir de continuer à approfondir le sujet, n’hésitez pas à communiquer avec nous, si vous avez des questions,

Jacinthe Bernard, conseillère en rééducation (jacinthe.bernard@csdufer.qc.ca) Odette Thibeault, psychologue (odette.thibeault@csdufer.qc.ca)